Déchets des entreprises > La situation en Franche-Comté

    Les déchets des entreprises

    mission déchet.JPG

    Sommaire

    Page 1  Les grands objectifs
    Page 2  Le dispositif d'aides lié au Grenelle

    papier, verre, plastique

     

    La situation en Franche-Comté

    D'après le nouveau plan de prévention et de gestion des déchets non dangereux (PPGDND) dans le département du Doubs approuvé le 10 décembre 2012, le gisement global des déchets d'activités économiques est estimé à 339 000 tonnes. D'après la dernière enquête 2005, le tonnage des déchets non dangereux des entreprises dans le Doubs était estimé à 667 000 tonnes.
    La révision de PPGDND du Jura, de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort est en cours.

    La plupart des déchets des entreprises sont constitués de métaux et sont valorisés par des prestataires dans 99% des cas. D'après les estimations, environ 5% des déchets des entreprises sont envoyés en centre de stockage de déchets ultimes. Depuis quelques années, les efforts de tri et de valorisation des entreprises se sont considérablement développés.

    Pour toute question relative à la réglementation environnementale, les entreprises peuvent contacter les chargés de mission environnement au sein des CCI, dont vous trouverez les coordonnées en cliquant sur ce lien.


     Desmond Bovey

    Exemples franc-comtois


    Juratri

    Juratri
    , entreprise d'insertion du bassin lédonien (39), développe depuis 2002 la filière de démantèlement des déchets d'équipements électriques et électroniques (deee). L'entreprise a récemment étendu son activité avec une nouvelle chaîne de tri pour les petits appareils en mélange (pam). Ils vont de la clé usb à l'aspirateur, de la chaîne hi-fi au sèche-cheveux. Cette installation a permis l'amélioration des conditions de travail et l'accès du personnel féminin à ces nouveaux postes. De plus, huit
    emplois
    ont été créés. Le tri des pam comprend plusieurs étapes. La première permet de retirer les sacs d'aspirateurs, les cartouches d'encre, les piles... Les pam sont ensuite broyés grossièrement pour séparer les différents composants et matériaux. Un second broyage
    plus fin permet le déferraillage. Les matériaux et composants triés seront ensuite traités dans des filières de valorisation spécifiques. Cette nouvelle installation devrait permettre de traiter 20 à 25 tonnes de pam par jour, provenant principalement de la région Franche-Comté.
    Elle a bénéficié d'un soutien financier de l'ADEME.

    Le biodéconditionneur

    Dissocier le contenant du contenu, telle est la mission du biodéconditionneur que SITA met en service à Chemaudin (25). Cet équipement, deuxième du genre en France, traitera les déchets organiques encore dans leur emballage, en les extrayant par broyage-séparation. Ces déchets proviennent de l'industrie, des supermarchés, des cantines et de l'hôtellerie-restauration. Ils pourront ainsi être orientés vers une valorisation énergétique noble comme la méthanisation plutôt que l'incinération ou la mise en décharge. Cette technique devrait permettre à SITA de pré-traiter à Chemaudin jusqu'à 5 000 tonnes de biodéchets qui étaient jusqu'à présent collectés en mélange avec d'autres déchets, leur valorisation biologique devenant alors impossible. Cette opération a reçu un soutien financier de 20 % de l'ademe