Bois énergie > L'intérêt de développer la filière bois énergie

    Bois énergie

    Bûches de bois

    Sommaire

    Page 1 L'intérêt de développer la filière bois énergie
    Page 2  Filière bois en Franche-Comté
    Page 3  Les combustibles mobilisables
    Page 4  Evaluation du gisement de bois
    Page 5  Plan d'approvisionnement territorial
    Page 6 Le chauffage collectif
    Page 7  Le chauffage industriel
    Page 8  Le chauffage individuel
    Page 9  Partenaires

    Photo Roland Bourget / ADEME Le bois est une source d'énergie locale, naturelle et renouvelable par photosynthèse.
    Le combustible bois est consommé par tous sur la planète et peut être considéré comme inépuisable. Sa consommation raisonnée n'entame pas le patrimoine des générations futures et permet d'économiser les énergies fossiles et fissiles dont les stocks sont limités (pétrole, gaz, charbon, uranium). La durée de reconstitution du bois est de loin la plus rapide en comparaison avec les énergies de stock.

    L'utilisation du bois énergie contribue à l'entretien de la forêt et du paysage.
    La valorisation énergétique des déchets forestiers permet d'améliorer l'état sanitaire des forêts. En collectant les rémanents, la valorisation énergétique des déchets forestiers évite le développement et la propagation des parasites et des maladies. La valorisation énergétique des déchets forestiers facilite les replantations et encourage les travaux sylvicoles tels que le dépressage ou les éclaircies. L'utilisation du bois énergie permet également de valoriser les sous-produits et déchets de la filière « bois » en combustible. Les entreprises du bois produisent, lors de la transformation du bois, une part importante de sous-produits et de déchets utilisables comme combustible.
    Le combustible bois peut aussi provenir des bois de rebut collectés par les sociétés du déchet : une chaufferie bois peut alors valoriser ces déchets industriels banals s'ils ne contiennent pas de traitement.


    Le bois énergie ne contribue pas à l'effet de serre.
    La quantité de CO2 dégagée lors de la combustion du bois est comparable à celle produite naturellement lors de sa décomposition, cette quantité de CO2 correspond à celle qui a été extraite de l'air pour la photosynthèse au cours de la croissance de l'arbre. Un équilibre est de la sorte obtenu. Le bilan théorique sur le CO2 produit est donc neutre.

    Lors de la fabrication de combustible bois (bûches, plaquettes, briquettes, ...), on utilise des techniques simples de collecte (bûcherons, abatteuses, ...), de transformation (fendeuses, déchiqueteuses, broyeurs, presses, ...) et de combustion (chaudières, poêles, ...). La récolte et la fabrication peuvent se faire localement, tout en consommant très peu d'énergie.
    Le bois ne transite pas sur des milliers de kilomètres comme les énergies fossiles (fioul, gaz,...). Ce qui permet d'éviter les nuisances des transports sur de longues distances. Les risques d'incendie sont quasiment réduits à néant avec l'utilisation de technologies modernes en respectant les réglementations en vigueur. Le bois énergie est une énergie au danger maîtrisé.


    Le bois énergie est créateur d'emplois : il permet de créer en moyenne trois fois plus d'emploi local que les énergies fossiles. Ceci s'explique par la nécessité de :

    • mobiliser le bois issu de l'entretien des milieux naturels (bois et forêts, bords de rivière, chemins de randonnée, haies, arbres d'alignements urbains) ou issus des activités commerciales, artisanales ou industrielles ;
    • collecter et transformer les matières premières en combustible ;
    • livrer le bois en chaufferie ;
    • exploiter les chaufferies ;
    • recycler les cendres en agriculture ou en forêt.